Header/Metadaten

Bezeichnung Journal des Conférences
Dokumentenart Originaljournal
Ort/Datum Laibach, 21. 02. 1821
Signatur Wien, ÖStA, HHStA, Staatskanzlei, Kongressakten, Kart. 22, Fasz. 40 (alt), 104
Stückbeschreibung

Journal

Stewart in der Anwesenheitsliste gestrichen.

Krusemarck von Gentz nachträglich in der Anwesenheitsliste ergänzt.

Vgl. gedruckte Quelle Alberti, Atti, S. 439.
Bezeichnung Anlage 1: Erklärung Sardinien-Piemonts
Dokumentenart Ausfertigung
Ort/Datum o.O., o.D.
Signatur Wien, ÖStA, HHStA, Staatskanzlei, Kongressakten, Kart. 22, Fasz. 40 (alt), 106–107
Stückbeschreibung

Ausfertigung

Vgl. gedruckte Quelle Alberti, Atti, S. 440.
Bezeichnung Anlage 2: Toskanische Erklärung
Dokumentenart Ausfertigung
Ort/Datum o.O., o.D.
Signatur Wien, ÖStA, HHStA, Staatskanzlei, Kongressakten, Kart. 22, Fasz. 40 (alt), 108–109
Stückbeschreibung

Ausfertigung

Vgl. gedruckte Quelle Alberti, Atti, S. 440-441.
Bezeichnung Anlage 3: Erklärung des Kirchenstaats
Dokumentenart Ausfertigung
Ort/Datum o.O., o.D.
Signatur Wien, ÖStA, HHStA, Staatskanzlei, Kongressakten, Kart. 22, Fasz. 40 (alt), 110–111
Stückbeschreibung

Ausfertigung

Vgl. gedruckte Quelle Alberti, Atti, S. 441.
Bezeichnung Anlage 4: Erklärung Modenas
Dokumentenart Abschrift
Ort/Datum o.O., o.D.
Signatur Wien, ÖStA, HHStA, Staatskanzlei, Kongressakten, Kart. 22, Fasz. 40 (alt), 112
Stückbeschreibung

Abschrift (?) von Friedrich Gentz

Vgl. gedruckte Quelle Alberti, Atti, S. 441-442.

Text

Abschnitte

Hand: Anonyme Hand

[Bl. 104r]

Journal des Conférences.
Nr. XIII.

Laybach le 21 Février 1821

Après la lecture du Journal de la conférence d’hier, renfermant la communication faite au nom de S. M. le Roi des Deux-Siciles relativement aux bases sur lesquelles S. M. se propose de reconstruire le Gouvernement de Son Royaume, Mr. le Prince de Metternich a invité d’abord Mrs. les Ministres des Cours d’Italie à faire connoître leur opinion au sujet de cette communication.

En conséquence, Mr. le Marquis de Saint-Marsan, Plénipotentiaire de Sa Majesté le Roi de Sardaigne, Mr. le Prince Corsini, Plénipotentiaire de S. A. I. R. le Grand-Duc de Toscane, Msgr. le Cardinal Spina et Mr. le Marquis de Molza, Plénipotentiaire de S. A. R. le Duc de Modène, ont successivement lu les déclarations annexées à ce Journal sub Litt. A, B, C et D.

[Bl. 104v]

Mrs. les Plénipotentiaires d’Autriche, de France, de Prusse et de Russie se sont réservés d’énoncer leur opinion à la plus prochaine conférence.

Lu et certifié

À la Conférence du 22 fév.

Gentz

Hand: Anonyme Hand

[Bl. 106r] A.

S. M. le Roi de Sardaigne recevra sans doute avec la plus grande satisfaction et reconnaissance la communication de la déclaration faite à la Conférence du 20 Février de la part de S. M. le Roi du Royaume des Deux-Siciles par Son Plénipotentiaire.

Elle prouve la sollicitude de cet auguste Souverain pour rétablir son Gouvernement dans ses Etats de manière à assurer leur prospérité d’une part, et de l’autre à affermir la tranquillité de la péninsule Italienne.

S. M. est convaincue que cette tranquillité ne saurait être troublée tant que les Gouvernemens Monarchiques légitimes de l’Italie seront maintenus, et que leur marche sera éclairée et secondée par des institutions propres à[Bl. 106v] mettre dans le plus grand jour leurs véritables intérêts, inséparables du bonheur des peuples.

Le Roi trouvera ces conditions réunies dans le projet de base d’une loi fondamentale pour le rétablissement de la Monarchie des Deux-Siciles, présenté par M. le Plénipotentiaire de S. M. Sicilienne si, comme il n’en doutera pas d’après l’exposé même de ce projet, l’organisation du Corps Consultatif, dont il y est fait mention, aura lieu avec des formes Monarchiques. Il ne pourra que le considérer comme propre à assurer la tranquillité des autres Etats de l’Italie et formera les vœux les plus ardens pour que la réalisation de ce projet et ses développemens répondent à ceux de S. M. le Roi des Deux-Siciles [Bl. 107r] et de ses augustes alliés.

Les Plénipotentiaires de Sardaigne n’hésitent pas de déclarer que telle est l’opinion du Roi, leur auguste Maitre.

Hand: Anonyme Hand

[Bl. 108r] B.

Déclaration du Ministre Plénipotentiaire de la Cour de Toscane,
à insérer dans le Journal N12 13 de la Conférence

S. A. I. et Rle Le Grand-Duc sera très reconnoissant à la communication que S. M. Le Roi des Deux-Siciles vient de faire par l’organe de son Plénipotentiaire de la déclaration indiquant les bases principales du nouvel ordre de choses à établir dans son Royaume.

L’apperçu que S. M a daigné en donner fournira à S. A. I. et Rl et aux Souverains d’Italie une nouvelle preuve de la sagesse des principes que S. M. a suivis dans l’adoption de ces bases.

Dans cet apperçu je n’ai pas eu lieu de rien remarquer qui ne se trouve pas en[Bl. 108v] harmonie avec les formes des Gouvernemens d’Italie ou qui puisse compromettre leur sûreté et la tranquillité de la Péninsule Italienne.

Le Grand-Duc, Mon Maître, aura sans doute une pleine confiance dans les vues de S. M. Le Roi des Deux-Siciles et sera convaincu que les développemens que S. M. va donner aux bases de son Gouvernement et que les mesures complémentaires qu’Elle va prendre pour l’organisation des Corps consultatifs à instituer répondront entièrement aux principes et aux formes Monarchiques qui ont servi de fondement à la première conception[Bl. 109r] du plan de son Gouvernement intérieur.

Le Grand-Duc sera aussi persuadé que par ce moyen S. M. atteindra le but salutaire qu’Elle et ses augustes alliés se sont proposés, de donner au Gouvernement napolitain toute la stabilité désirable et aux Intérêts bien entendus des Peuples de ce Royaume une nouvelle garantie, en assurant en même tems la tranquillité de cet État et celle de toute l’Italie.

Voilà, l’opinion que le Plénipotentiaire de la Cour de Toscane croit devoir donner sur le projet des bases du Gouvernement du Royaume des Deux-Siciles, communiqué dans la[Bl. 109v] Conférence du 20 21 Février.

Hand: Anonyme Hand

[Bl. 110r] C.

Le Cardinal Spina a lu avec la plus grande attention la déclaration de S. M. le Roi des deux-Siciles, présentée par son Plénipotentiaire à la Conférence d’hier.

Le Cardinal Spina n’étant pas muni des pleins pouvoirs de la part de Sa Sainteté, il ne peut que porter à sa connoissance la déclaration de Sa Majesté, et il mettra le plus grand empressement à La Lui faire parvenir. Mais les sentiments exprimés par S. M. le Roi des deux-Siciles sont si paternels envers ses sujets, les bases adoptées pour reconstruire le Gouvernement Monarchique de son Royaume sont si sages que le Cardinal Spina se croit assez autorisé pour déclarer en son particulier qu’il ne trouve dans la Déclaration portée[Bl. 110v] à la Conférence aucun principe qui puisse blesser les droits et les intérêts des Etats du St Siege, et que Sa Sainteté rendra justice à la pureté des intentions de Sa Majesté et applaudira aux bases qu’il vient d’adopter pour assurer le bonheur de Son Royaume et la tranquillité de ses sujets.

Le Cardinal Spina aime encore à se flatter qu’à L’heureuse époque dans laquelle Sa Majesté pourra donner un développement ultérieur aux bases adoptées Elle le faira connoître à Sa Sainteté pour que les actes, qui en seront le résultat, ne puissent d’aucune manière porter attente aux rapports de voisinage qui existent entre[Bl. 111r] les deux Etats, et qui ont été jusqu’à présent parfaitement conservé entre Sa Sainteté et S. Majesté le Roi des deux-Siciles.

Hand: Friedrich Gentz

[Bl. 112r] D.

Déclaration de Msr. le Marquis de Molza

Le Plénipotentiaire de Son Altesse Royale le Duc de Modène, après avoir porté à la connoissance de Son Auguste Maître la communication de S. M. Sicilienne, déclare que S. A. R. n’a aucune remarque à faire sur les bases énoncées dans la même communication si, comme il ne doute pas, l’organisation du Corps Consultatif a lieu avec des formes Monarchiques, et si les développemens que S. M. donnera à ces bases ont pour but d’écarter soigneusement tout ce qui pourroit faire croire à la faction qui a opéré la révolte que l’on eut transigé avec Elle, puisque cela seul pourroit avoir des conséquences fâcheuses pour la tranquillité de l’Italie.

Au reste, S. A. R., appréciant les soins que S. M. Sicilienne veut bien vouer à la tranquillité de l’Italie, forme les vœux les plus sincères pour que le mode de gouvernement qu’Elle se propose de donner à Son Royaume soit couronné du plus heureux succès et puisse assurer le bonheur et la prospérité de ses Etats.

Zitierempfehlung Protokoll der 13. Sitzung des Kongresses von Laibach. In: Mächtekongresse 1818–1822. Digitale Edition, hrsg. von Karin Schneider unter Mitarbeit von Stephan Kurz, Wien: Österreichische Akademie der Wissenschaften, Institut für Neuzeit- und Zeitgeschichtsforschung 2018. URL: https://maechtekongresse.acdh.oeaw.ac.at/pages/show.html?document=Laibach_Prot_13.xml&directory=editions, abgerufen 17.10.2019.
Verantwortlichkeiten
  • Transkription: Karin Schneider
  • Wissenschaftliche Edition: Karin Schneider
  • Technical Editor: Stephan Kurz
  • Korrekturen: Karin Schneider, Stephan Kurz
  • Beratung Kodierung: Daniel Schopper
  • Beratung Kodierung: Peter Andorfer

Vergleiche auch die Projektbeschreibung in der Einleitung sowie die Dokumentation der Applikation unter „Über diese Webseite“.

Lizenz https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/legalcode.de