Header/Metadaten

Regest

Der Bevollmächtigte Sardinien-Piemonts ersucht um Unterstützung, um die Schweizer Regierung zur Auslieferung der wegen ihrer Rolle bei der Revolution im Königreich Piemont-Sardinien verurteilten Personen zu bewegen. Die Vertreter Österreichs, Russlands und Preußens stehen diesem Ansuchten positiv gegenüber und erklären darüber hinaus, dass Staaten in derselben Lage wie das Königreich Sardinien-Piemont ebenfalls berechtigt seien, die alliierten Mächte um Unterstützung zu bitten. Die geeigneten Maßnahmen zur Erreichung der Auslieferung werden festgelegt.

Anwesende BERNSTORFF · CARAMAN · DE LA TOUR · FERRONNAYS · HATZFELDT · LEBZELTERN · METTERNICH · NESSELRODE · TATISTCHEFF
Bezeichnung Procès-verbal der achten Sitzung
Dokumentenart Lithographie
Ort/Datum Verona, 14. 12. 1822
Signatur Wien, ÖStA, HHStA, Staatskanzlei, Kongressakten, Kart. 24, Fasz. 44 (alt), II/87 und II/93, II/89
Stückbeschreibung

Lithographie

Procès-Verbal liegt zweifach ein: handschriftliche Variante von Gentz fol. II/87 und 93, lithographiert fol. II/89; die Edition folgt der lithographierten Variante. Zählung mit rotem Buntstift oben auf fol. 87r: „7“.

Bezeichnung Anlage: Note des Bevollmächtigen Sardinien-Piemonts
Dokumentenart Lithographie
Ort/Datum o.O., o.D.
Signatur Wien, ÖStA, HHStA, Staatskanzlei, Kongressakten, Kart. 24, Fasz. 44 (alt), II/91–92
Stückbeschreibung

Lithographie

Text

Abschnitte

[Bl. 89r] 14/12

Procès-verbal
de la Conférence du 14 Décembre, relative aux Individus condamnés et bannis pour délits politiques

Vérone le 14 Décembre 1822.

Monsieur le Comte de La Tour, Plénipotentiaire de Sa Majesté le Roi de Sardaigne, a présenté la Note ci-jointe pour informer Mrs. les Plénipotentiaires des Cours alliées de l’inutilité des démarches faites jusqu’ici près de la Confédération suisse pour en obtenir l’éloignement des Individus condamnés dans les Etats de Sa Majesté Sarde par suite de la révolte de l’an dernier,1 et qui se sont réfugiés sur le territoire suisse. Cette mesure étant jugée par Sa Majesté le Roi de Sardaigne indispensablement nécessaire pour la tranquillité de Son Royaume, Sa Majesté demande à Ses augustes alliés d’adopter tous les moyens qui leur paroîtront convenables dans leur sagesse, afin de déterminer le Gouvernement fédéral de la Suisse à satisfaire aux justes vœux de Sa Majesté Sarde.

Messieurs les Plénipotentiaires ont reconnu que la proposition de Sa Majesté le Roi de Sardaigne était complètement justifiée par les circonstances alléguées dans la Note de Mr le Comte de La Tour, et que les hautes Cours alliées doivent non seulement se prêter à fournir à Sa Majesté près de la Confédération suisse tous les bons offices qu’Elle réclame par rapport aux fugitifs piémontais, mais prendre acte de cette proposition pour établir en principe que tout Etat européen, placé dans[Bl. 89v] une position analogue et jugeant sa tranquillité compromise par le séjour que des individus condamnés et bannis pour délits politiques feroient dans un pays limitrophe, serait en droit de faire la même démarche et de demander la même assistance aux Puissances alliées.

Et afin d’examiner et d’arrêter les moyens d’exécution les plus propres à remplir le but que les Cours alliées ont en vue on est convenu d’adresser aux Ministres de ces Cours accrédités près Sa Majesté le Roi de France des Instructions qui les mettront en état de se concerter avec le Ministère Français sur les moyens les plus prompts et les plus efficaces pour répondre à la demande de Sa Majesté le Roi de Sardaigne, ainsi que pour appliquer la marche que l’on adoptera pour cet effet à tout autre État européen, ayant recours à l’intervention des Puissances alliées dans un cas analogue.

Signé/

Metternich

Lebzeltern

Le Mis de Caraman

Comte de la Ferronnay

Bernstorff

Hatzfeldt

De La Tour

Nesselrode

Tatistscheff

[Bl. 91r]

Note de Monsieur le Comte de La Tour, Secrétaire d’Etat de S. M. le Roi de Sardaigne, sur les démarches à faire auprès de la Confédération suisse, par rapport à l’éloignement des Piémontais fugitifs

Les démarches que le Roi de Sardaigne ordonna à Son Ministère des Affaires étrangères et à Sa Légation en Suisse pour que les moteurs et les complices de la révolte de l’an dernier2 qui s’étoient réfugiés dans le territoire de la Confédération en fussent éloignés, sont d’autant plus connues de tous Ses augustes alliés que Leurs Majestés les Empereurs d’Autriche et de Russie et le Roi de Prusse les firent appuyer dans le temps par des notes présentées collectivement en leur nom.

Ni les unes, ni les autres n’ayant eu jusqu’ici le résultat qu’on devait en attendre, le Roi de Sardaigne sent trop combien la tranquillité de l’Europe est liée à celle de Son Royaume et des Etats environnant, et désire trop vivement tout ce qui peut concourir au but constant et magnanime des Monarques Ses Alliés pour ne pas saisir l’heureuse circonstance de la réunion de leurs Cabinets au Congrès de Vérone afin de solliciter toute l’énergie ainsi que tout le poids de leur coopération pour l’accomplissement d’une mesure si essentielle à la sûreté générale.

Hautement réclamée par l’intérêt des Souverains et des Peuples, elle ne l’est pas moins par un véritable sentiment d’humanité envers cette jeunesse partout si aisée à séduire que de perfides insinuations pourroient à l’avenir entraîner au crime ;[Bl. 91v] elle est même salutaire aux individus contre lesquels elle est réclamée, puisqu’elle les priveroit de la funeste facilité de devenir plus coupables. En arrêtant de dangereuses communications, en réprimant l’audace des factieux, et en soutenant le courage des hommes bien intentionnés, cette mesure, si elle reçoit ensuite tout le complément dont elle est susceptible, est propre à prévenir bien des malheurs au nombre desquels on doit sans doute mettre en première ligne la triste nécessité de punir.

Des tentatives réitérées dont on a eu connoissance de la part de ces réfugiés, toutes vaines qu’elles ont été, n’en ont pas moins justifié la prévoyance du Roi et celle des Monarques qui avoient assisté au Congrès de Laibach, et on doit s’attendre à les voir sans cesse se renouveler tant que la Suisse, région centrale et attigue au Piémont, continuera d’offrir un lieu de protection, de ralliement et de correspondance à tous les fugitifs, à tous les ambitieux, à tous les mécontens qui de là peuvent en toute sécurité entretenir des rapports clandestins avec l’Italie, la France et l’Allemagne. Si le Directoire Fédéral à témoigné déférer aux justes instances de Leurs Majestés, si même les siennes auprès de Ses administrés ont été aussi vives que le Roi de Sardaigne aime à le croire, il est toutefois bien avéré qu’elles ont été éludées dans plusieurs Cantons, surtout dans ceux de Genève et de Vaud qui étoient appelés les premiers à en réaliser l’effet.

Le Roi de Sardaigne, intimement persuadé que tous Ses hauts alliés seront pénétrés de l’extrême[Bl. 92r] urgence d’une intervention la plus pressante et, au besoin, la plus imposante de leur part auprès de la Confédération Suisse, afin d’en obtenir sans délai l’expulsion desdits réfugiés, est également convaincu que l’étroite harmonie et la plus parfaite unité de vues qui président aux délibérations de Leurs Majestés et qui ont déjà eu tant de succès si mémorables, triompheront aussi en cette conjoncture de tous les obstacles, de toutes les lenteurs, de toutes les oppositions.

Le Soussigné, Ministre et Premier secrétaire d’Etat pour les affaires étrangères de Sa Majesté le Roi de Sardaigne, en présentant par ordre de Son Auguste Maître cet exposé aux Cabinets réunis à Vérone, a l’honneur de Les assurer que Sa Majesté attend avec une entière confiance et recevra avec autant de reconnoissance la communication des moyens que Leurs Souverains adopteront dans leur sagesse tant pour obtenir complètement l’éloignement des Fugitifs piémontais à une grande distance de Ses Etats que pour les mettre ensuite dans l’impossibilité d’ourdir, quoique de loin, de nouvelles trâmes.

Zitierempfehlung Kongress von VeronaII. Affaires d’ItalieProcès-verbal der achten Sitzung. In: Mächtekongresse 1818–1822. Digitale Edition, hrsg. von Karin Schneider unter Mitarbeit von Stephan Kurz, Wien: Österreichische Akademie der Wissenschaften, Institut für Neuzeit- und Zeitgeschichtsforschung 2018. URL: https://maechtekongresse.acdh.oeaw.ac.at/pages/show.html?document=Verona_II_8.xml&directory=editions, abgerufen 17.10.2019.
Verantwortlichkeiten
  • Transkription: Karin Schneider
  • Wissenschaftliche Edition: Karin Schneider
  • Technical Editor: Stephan Kurz
  • Korrekturen: Karin Schneider, Stephan Kurz
  • Beratung Kodierung: Daniel Schopper
  • Beratung Kodierung: Peter Andorfer

Vergleiche auch die Projektbeschreibung in der Einleitung sowie die Dokumentation der Applikation unter „Über diese Webseite“.

Lizenz https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/legalcode.de